On appelle « trames écologiques » l’ensemble des connexions entre les réservoirs de biodiversité et les corridors écologiques. On parle alors de « trame bleue » pour évoquer les milieux aquatiques, de « trame verte » pour les milieux terrestres, à laquelle s’ajoute parfois la « trame noire » pour les espèces nocturnes, et la « trame brune » pour les réseaux de la terre, au sol. 

fannylebagousse.png

Fonctionnement des corridors écologiques (© Fanny Le Bagousse)

 L’ensemble de ces trames écologiques nous rend de très nombreux services, gratuitement : régulation du climat, diminution de la pollution de l’air, épuration des eaux, fertilisation des sols, limitation des risques d’inondation, pollinisation par les insectes, etc. On estime aujourd’hui que 40% de l’économie mondiale repose sur ces services rendus par la nature, et que la dégradation de ces services entraînerait une baisse de 7% du PIB mondial par an à l’horizon 2050.

​​​​​​​ Par conséquent, il est crucial d’agir sur la préservation de ces services, et notamment sur les corridors écologiques, qui permettent le brassage des populations, la circulation de la faune, et le bon fonctionnement des écosystèmes.
 
L’EPAGE de la Bourbre, impliqué depuis sa création sur la gestion et la préservation des corridors aquatiques, s’est également saisi, depuis 2017, des corridors écologiques terrestres, avec le pilotage du « contrat unique pour la préservation et la restauration des milieux du bassin de la Bourbre ».
 
Signé en décembre 2017 pour une période de 5 ans et animé par l’EPAGE de la Bourbre, il regroupe 59 projets portés par 24 partenaires locaux pour un montant total de 16 millions d’euros, et vise à garantir et restaurer les fonctionnalités des continuités écologiques. Ce contrat bénéficie du cofinancement de l’Union européenne, la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, et le département de l’Isère.
 
Dans le cadre de ce contrat, de nombreuses actions sont menées par l’EPAGE de la Bourbre et ses partenaires, pour la restauration des corridors écologiques terrestres et aquatiques. 

Le Contrat pour la préservation et la restauration des milieux de la vallée de la Bourbre est cofinancé par l’Union européenne via le fonds FEDER, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, la région Auvergne-Rhône-Alpes, et le département de l’Isère.

Financeurs PAEC Bourbre.png
EPAGE - Contrat biodiversite_couleur.png