22/02/2021

Le département de l’Isère s’est impliqué dès le lancement du Contrat pour la restauration et la préservation des milieux de la vallée de la Bourbre, en faveur des corridors écologiques, à la fois en tant que co-financeur et en tant que maître d’ouvrage.
 
Les corridors écologiques relient entre eux des réservoirs de biodiversité. Ils sont essentiels pour permettre aux espèces de se déplacer et d’accomplir leur cycle de vie. Ces corridors écologiques, véritables liaisons pour les animaux sauvages, peuvent être perturbés ou stoppés par des infrastructures humaines : routes, voies ferrées, zones urbanisées, barrages sur les rivières, peuvent empêcher la circulation sur ces axes cruciaux pour la biodiversité. 
 
Pour répondre à ces problématiques, certaines actions ont déjà été réalisées par le Département, et un certain nombre de travaux sont programmés pour l’année 2021. 
 
Ainsi, des détecteurs de faune ont été installés sur un tronçon de 600m sur la commune de Ruy-Monceau, pour signaler aux automobilistes la présence d’animaux, les inciter à ralentir pour éviter les collisions. Depuis juillet 2020, sangliers, renards, chevreuils, lièvres et mustélidés ont déjà été détectés. 
 
En 2021, des travaux pour l'installation de 5 écoducs et d’un passage à petite faune sont prévus, pour un total de 750 000 €. Ces ouvrages, des petits tunnels situés sous les routes, permettront aux animaux sauvages de circuler et de se déplacer dans ces zones identifiées, sans danger pour eux et pour les automobilistes. Ces passages sont prévus sur les communes de Cessieu, Saint-Clair-de-la-Tour, Saint-Bonnet, Saint-Savin, La Verpillière et Saint-Bonnet. 
 
Le Département agit également au niveau des rivières pour le rétablissement de la continuité écologique : faciliter la remontée des poissons, et permettre une bonne circulation amont – aval des sédiments. Plusieurs ouvrages jugés prioritaires sont ainsi en cours d’étude en vue de leur aménagement. 
 
Un pont sera ainsi remplacé sur la commune de Saint-Chef et l’aménagement de 3 seuils (petits barrages sur la rivière) est prévu sur les communes de Bourgoin-Jallieu, Saint-André-le-Gaz, et Nivolas-Vermelle. Ces travaux, dont certains sont rendus obligatoires par le Code de l’environnement, permettront de restaurer les continuités écologiques, et de favoriser le bon fonctionnement des rivières. 
 
Ce programme s’inscrit dans le cadre du Contrat unique pour la restauration et la préservation des milieux de la vallée de la Bourbre, piloté par l'EPAGE de la Bourbre et financé par l’Union européenne via le fonds FEDER, l’agence de l’eau Rhône-Méditerannée-Corse, la région Auvergne-Rhône-Alpes, et le département de l’Isère. 

Photo d'illustration: Christiane BICHET

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.